Numéro
J. Phys. Radium
Volume 5, Numéro 8, août 1924
Page(s) 225 - 237
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphysrad:0192400508022500
J. Phys. Radium 5, 225-237 (1924)
DOI: 10.1051/jphysrad:0192400508022500

Procédés d'étude des corps actifs. Application aux composés de l'acide malique, du cuivre et des bases

E. Darmois

Faculté des Sciences de Nancy


Résumé
Introduction : Les formules de Drude semblent rendre compte de l'allure de la dispersion rotatoire naturelle, aussi bien dans le domaine de transparence des corps que dans leur région d'absorption, où la rotation du plan de polarisation s'accompagne quelquefois du dichroïsme circulaire (effet Cotton). Il est toutefois désirable d'effectuer de nouvelles mesures et particulièrement d'étudier pourquoi l'effet Cotton apparaît chez certains corps colorés seulement. Ces nouvelles mesures doivent être faites sur des corps définis. Le présent travail est une étude préliminaire, recherche des composés définis existant dans le groupe formé par les malates de cuivre et leurs dérivés. Cette étude est indispensable, à cause des contradictions, tant chimiques que physiques, existant entre les auteurs qui se sont déjà occupés de la question. Procédés d'étude : On étudie des solutions contenant, dans un volume déterminé, une quantité constante d'acide malique et des quantités variables d'oxyde de cuivre, et on mesure sur ces solutions : 1° l'acidité (pH), 2° l'activité optique. L'acide dissout plus d'oxyde que ne l'indiquerait sa basicité. L'emploi de la méthode du graphique rectiligne déjà indiqué par l'auteur (Revue générale des sciences (15-30 décembre 1922).) montre que ces solutions ne renferment que deux composés seulement : 1° le malate acide de cuivre, 2° un malate basique. Malate acide de cuivre : Corps bien cristallisé, déjà étudié par Cotton et trouvé non dichroïque. A la concentration 20, dans l'eau, on a [α]3461 = - 40,2 et [α]4358 = - 34,5. Malate basique de cuivre : Coïncide probablement avec celui obtenu autrement par Liebig (Annalen der Chemie, t. 26, p. 137.). Peu soluble dans l'eau, il peut être étudié à l'état de sursaturation. Son pouvoir rotatoire, variable avec la concentration, est de l'ordre de - 130° pour λ = 5461 Å. Les solution saturées d'oxyde de cuivre dans l'acide malique, trouvées dichroïques par Mac Dowell et Olmstead (Physical Review, t. 20 (1903), p. 163. et Physical Review, t. 35 (1912), p. 31.), renferment surtout du malate basique, mais à une concentration inconnue et variable. Acide malique, cuivre et alcalis : On peut ajouter un alcali à l'une des solutions étudiées plus haut; on arrive ainsi à isoler une série de sels actifs cristallisés, non encore signalés, renfermant, pour une molécule d'acide malique, un atome de cuivre et un atome de métal alcalin (Na, K, Am). L'ammoniaque donne en outre d'autres sels complexes. L'étude optique de tous ces sels est en train. Mélanges d'acide malique, de sels de cuivre et d'alcalis : Etudiés déjà par Grosmann et Loeb (Id, t. 2 (1908), p. 994.) ; leur activité optique s'interprète à l'aide des composés précédents.

PACS
4270J - Polymers and organics.
7820L - Magnetooptical effects.

Key words
chemical physics and electro chemistry -- optics