Numéro
J. Phys. Radium
Volume 5, Numéro 10, octobre 1924
Page(s) 289 - 303
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphysrad:01924005010028900
J. Phys. Radium 5, 289-303 (1924)
DOI: 10.1051/jphysrad:01924005010028900

Sur une propriété remarquable de la colonne positive de l'arc au mercure. Relais à arc de grande puissance (Suite)

L. Dunoyer et P. Toulon


Résumé
1. Interprétation des effets de gaine : Lorsque l'arc et la gaine sont alimentés en courant continu, les phénomènes sont tout différents. L'action de la gaine est nulle sur l'arc allumé. Elle ne se fait sentir que pour faciliter ou empêcher l'allumage de l'arc principal à travers la vapeur conductrice émise par l'arc d'entretien. Si la gaine est négative par rapport à la cathode, on ne peut obtenir qu'un retard à l'allumage. Si elle est positive, elle ne facilite l'allumage qu'à la condition d'être portée en même temps que l'anode à un potentiel positif. On interprète ces phénomènes par la diffusion inégalement rapide vers la paroi sur laquelle la gaine est appliquée des ions positifs présents dans la vapeur et des électrons émis par l'arc d'entretien. Les phénomènes observés en courant continu permettent d'expliquer ceux qui ont été décrits lorsque l'appareil est alimenté en courant alternatif. Un retard croissant de 0 jusqu'à π de la phase de la tension gaine-cathode sur la tension d'alimentation appliquée entre l'anode et la cathode provoque la diminution continue depuis sa valeur maximum jusqu'à 0 de l'intensité moyenne du courant redressé, parce que l'instant d'allumage de l'arc, au cours d'une alternance où l'anode est positive, retarde de plus en plus depuis le commencement jusqu'à la fin de cette alternance. Au contraire, une avance de phase est sans action parce que l'arc s'allume toujours au commencement de l'alternance et reste allumé jusqu'à la lin de cette alternance. On compare les propriétés des ampoules à gaine, des lampes triodes à vide poussé et des arcs à mercure munis d'une grille intérieure. 2. Quelques applications des relais à arc : Dans les relais à arc actuellement construits, une variation du courant de gaine efficace de l'ordre 10^(-7) ampère suffit à provoquer ou à empêcher le transport par l'arc d'un courant redressé moyen compris entre 10 et 100 ampères. On peut donc considérer le relais comme équivalent, au point de vue de beaucoup d'applications, à une lampe triode dont le pouvoir amplificateur serait de 100 000 000 à 1 milliard. Cette propriété permet de commander le relais à arc non seulement par contact direct à l'extrémité d'une ligne télégraphique ou téléphonique mais encore par radiosiguaux ou par des phénomènes d'influence mettant en jeu de très petites quantités d'énergie. Leurs applications sont donc extrêmement nombreuses, les plus simples étant les applications télémécaniques. On en décrit quelques-unes. a) Commande direct de mécanismes puissants par un pendule entretenu sans liaisons matérielles. Le pendule n'agit sur la gaine que par influence. b) Commande analogue par la variation de capacité d'une ligne reliée à la gaine. L'approche d'une personne au voisinage de cette ligne suffit à déclancher l'arc. c) Commande d'un moteur puissant par téléphone ou par radiocourant, avec interposition d'une lampe à 3 électrodes agissant comme détecteur.

PACS
5280M - Arcs; sparks; lightning; atmospheric electricity.

Key words
Sparks -- Mercury arc rectifiers -- Sheath -- Positive column