Numéro
J. Phys. Radium
Volume 5, Numéro 12, décembre 1924
Page(s) 353 - 367
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphysrad:01924005012035300
J. Phys. Radium 5, 353-367 (1924)
DOI: 10.1051/jphysrad:01924005012035300

Sur les forces qui portent les aéroplanes et leur relation avec les actions hydrodynamiques à distance

V. Bjerknes


Résumé
L'auteur développe une méthode de transformation des équations du mouvement d'un corps continu. Cette transformation porte sur le terme d'inertie, et peut donc s'appliquer dans tous les cas, quelle que soit la forme des tensions internes (fluide, solide). Elle permet d'établir une analogie profonde avec les équations de l'électromagnétisme, moyennant t certaines correspondances de notations ; le champ hydrodynamique présente, pendant chaque phase du mouvement, une structure géométrique identique à celle d'un certain champ électrique (ou magnétique) stationnaire et exerce des forces égales et de signe contraire aux forces de ce champ. Différents exemples de cette analogie sont alors présentés ; plusieurs avaient été signalés par le père de l'auteur. Des capsules pulsantes, des sphères pulsantes, des corps cylindriques en rotation permettent de réaliser des champs hydrodynamiques analogues aux champs de charges, de doublets, ou de courants électriques. Les vérifications expérimentales sont tout à fait démonstratives. La force portante d'une aile d'aéroplane s'explique par le tourbillon qui se développe au-dessous de cette aile ; ce tourbillon, placé dans le vent général, subit une force égale, au signe près, à celle qu'exerce un champ magnétique (dirigé suivant le vent) sur un courant électrique (parallèle à l'aile, ou à l'axe du tourbillon). Cette analogie se vérifie expérimentalement et se trouve à la base des théories de Lanchester et Prandtl.

PACS
4735 - Hydrodynamic waves.

Key words
dynamics and general mechanics