Numéro
J. Phys. Radium
Volume 3, Numéro 7, juillet 1932
Page(s) 320 - 336
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphysrad:0193200307032000
J. Phys. Radium 3, 320-336 (1932)
DOI: 10.1051/jphysrad:0193200307032000

Spectrographie des rayons X par transmission d'un faisceau non canalisé à travers un cristal courbé - I.

Y. Cauchois

Laboratoire de Chimie physique de Paris


Résumé
Exposé d'une méthode, déjà sommairement décrite (Y. Cauchois, C. R , t. 194 (1932), p. 362; t. 194 (1932), p. 1479.), pour obtenir des spectres de rayons X intenses et fins à l'aide d'un cristal courbé et sans canaliseur. Un large faisceau de rayons X tombe sur la face convexe d'une lame cristalline incurvée suivant une portion de cylindre circulaire; les réflexions sélectives ont lieu sur des plans réticulaires plus ou moins inclinés sur les faces de la lame ; pour une orientation de la lame telle que ces plans soient parallèles à l'axe du cylindre suivant lequel on l'incurve, on obtient, du côté concave, des spectres qui se dessinent avec la plus grande finesse sur un cylindre tangent intérieurement à la lame courbée et dont le rayon est deux fois plus petit, par suite d'une focalisation du faisceau de rayons réfléchis pour chaque angle de Bragg en un point de cette surface. La largeur d'une raie spectrale dépend de l'ouverture angulaire utile et de l'épaisseur du cristal; son expression est établie en fonction de ces données. L'influence d'un défaut de réglage est discutée; il est toujours possible en pratique de réaliser les différents réglages par construction, sans préjudice pour la finesse des spectres. La largeur totale utile du cristal détermine la luminosité du montage, pour une source donnée; une comparaison approchée de la luminosité d'un spectrographe utilisant un cristal courbé à celle d'un spectrographe basé sur la méthode de Bragg, de même rayon, et qui donnerait la même largeur de raie pour un même angle de Bragg, montre, pour un cas pratique particulier, que l'on doit pouvoir réduire des temps de pose de l'ordre de l'heure à l'ordre d'une minute. La méthode décrite permet, avec une technique très simple, d'obtenir des spectres intenses, avec un pouvoir séparateur élevé, pour des rayonnements X durs (de longueurs d'onde inférieures à 1,5 Å environ); elle peut être appliquée à la réalisation de spectrographes utilisant soit la méthode photographique, soit la méthode ionométrique ; elle conduit aisément à l'obtention de faisceaux X intenses étroitement monochromatiques. Elle est particulièrement favorable à l'étude du rayonnement de sources larges à faible éclat (rayonnements secondaires de diffusion ou de fluorescence). Elle convient très bien à l'analyse chimique par spectres X d'émission ou d'absorption.

PACS
0785 - X- and gamma-ray instruments.

Key words
X-ray spectra -- Curvature -- Measuring methods