Numéro
J. Phys. Radium
Volume 8, Numéro 9, septembre 1927
Page(s) 365 - 384
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:0192700809036500
J. Phys. Radium 8, 365-384 (1927)
DOI: 10.1051/jphysrad:0192700809036500

Le claquement du fouet

Z. Carrière

Institut Catholique de Toulouse


Résumé
Un fouet de laboratoire est décrit et son montage détaillé de manière à obtenir, par chronophotographie, les formes instantanées de la corde et de l'onde sonore qu'elle engendre. Les formes succesives résultent d'une onde transversale se propageant vers l'extrémité libre du fouet et, à cette extrémité, se réfléchissant avec changement de signe. La vitesse de propagation de l'onde et la courbure qui définit l'onde croissent d'abord jusqu'à des valeurs très grandes réalisées à l'instant où s'opère la réflexion (vitesse supérieure à 350 mètres par seconde, courbure d'un millier de dioptries). Ensuite, la vitesse diminue et le rayon de courbure croit à nouveau en valeur absolue (son signe est changé). Au maximum de vitesse et au minimum absolu du rayon de courbure, le bout libre du fouet subit d'énormes variations de direction, de tension, de torsion. Il en résulte, au voisinage, une onde sonore sphérique dont les clichés reproduits montrent la trace. On y retrouve toutes les particularités de l'onde de sillage fournie par les projectiles. Application de la théorie est faite au fouet de charretier, pour deux façons usitées d'en obtenir le claquement. Deux claquements très rapprochés dans le temps (fouet à deux ficelles d'inégale longueur) donnent à l'oreille la sensation d'un son de hauteur déterminée que ne donne pas un claquement isolé.

PACS
4640C - Mechanical wave propagation (including diffraction, scattering, and dispersion).

Key words
Wave propagation -- Transverse wave -- Propagation velocity -- Acoustic waves