Numéro
J. Phys. Radium
Volume 8, Numéro 7, juillet 1937
Page(s) 313 - 315
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:0193700807031300
J. Phys. Radium 8, 313-315 (1937)
DOI: 10.1051/jphysrad:0193700807031300

Sur les moments atomiques et les points de Curie dans les solutions solides du nickel

Victor Marian


Résumé
Les résultats obtenus par divers auteurs sur les moments atomiques moyens M et les Points de Curie Θ des solutions solides d'éléments non ferromagnétiques dans le nickel ont été représentés dans les figures 1 et 2 en fonction des titres atomiques τ du métal ajouté. D'une manière générale M et Θ décroissent linéairement quand τ augmente et, pour un métal déterminé, s'annulent sensiblement au même titre. Cette décroissance est d'autant plus rapide que la valence n de l'élément ajouté est plus élevée. Si l'on prend comme abscisses, non le titre atomique τ, mais le titre électronique, soit le produit n. τ, fig. 3 et 4, toutes les droites représentant les variations linéaires de M et de Θ se superposent sensiblement. La variation de M et celle de Θ sont donc, d'une manière prépondérante, conditionnées par le nombre des électrons superficiels présents dans l'alliage. La valeur commune de la pente des droites des moments exprime que l'addition d'un électron fait décroître le moment moyen d'un magnéton de Bohr.

PACS
30 - ATOMIC AND MOLECULAR PHYSICS.

Key words
atomic and molecular structure -- paramagnetic materials -- magnetism