Numéro
J. Phys. Radium
Volume 9, Numéro 4, avril 1938
Page(s) 129 - 132
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:0193800904012900
J. Phys. Radium 9, 129-132 (1938)
DOI: 10.1051/jphysrad:0193800904012900

Perturbations des réseaux cristallins : a) calcul de la chaleur de l'autodiffusion des métaux et de la chaleur de diffusion des solutions solides b) calcul du travail d'entrée des électrons lents dans le réseau cristallin d'un sel

Jean Cichocki

Institut de Physique Théorique de l'Université de Poznan


Résumé
Dans un métal ou dans une solution solide nous considérons la transition de deux atomes voisins A ⇄ B, changeant réciproquement leurs positions dans le réseau cristallin. Supposant que les atomes A et B doivent s'approcher à un tel degré que le volume atomique v0 diminue de moitié et calculant le travail de compression correspondant à cette variation de volume, nous évaluons la chaleur de l'autodiffusion Qa du métal considéré par l'équation (2). Dans le cas d'une solution solide d'un métal A dans un métal solvant B le travail nécessaire à la transition A ⇄ B est plus petit qu'auparavant à cause de la perturbation du réseau cristallin due à la substitution de l'atome étranger A dans le métal solvant B. L'énergie de perturbation τs étant donnée par l'équation (1), la chaleur de diffusion Q de A en B est exprimée par la relation (3). A la suite nous avons calculé le travail d'entrée τ d'un électron lent dans le réseau cristallin d'un sel, en supposant, qu'il est égal à l'énergie de perturbation du réseau du sel, due au remplacement d'un ion positif par un atome du métal du sel. τ est donné par l'équation (4) Les valeurs calculées de Qa, Q et τ sont données dans les tableaux II, III et IV.

PACS
61 - Structure of solids and liquids; crystallography.

Key words
crystal structure -- diffusion