Numéro
J. Phys. Radium
Volume 22, Numéro 10, octobre 1961
Page(s) 641 - 644
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:019610022010064101
J. Phys. Radium 22, 641-644 (1961)
DOI: 10.1051/jphysrad:019610022010064101

Recherche préliminaire de quelques interactions primaires dans les réactions nucléaires provoquées par des ions 20Ne de 200 Mev par la méthode ionographique

Pierre Cüer, Raymond Pfohl et Christiane Gegauff

Département de Physique Corpusculaire du Centre de Recherches Nucléaires de Strasbourg


Abstract
We looked for the possible influence of temporary nuclear structures, found by other experiments, in primary interactions of heavy ions. Ilford C 2 and G5 emulsions have been exposed to 200 MeV 20 Ne at the Hilac, Berkeley, and were scanned for events where particles of Z = 1 and Z = 2 were emitted forward with energy much higher than evaporation. The Z = 1 spectrum is wide and has a good proportion of deuterons and tritons ranging up to 80 MeV. Ten interactions on 2 000 where Eα > 55 MeV can been explained by a kind of stripping where it is necessary to assume substructures during the time of interaction.


Résumé
On a cherché à déterminer l'influence possible de sous-structures nucléaires temporaires, trouvées par d'autres expériences, dans les interactions primaires des ions lourds. Des émulsions Ilford C2 et G5 exposées aux ions 20 Ne de 200 MeV au Hilac à Berkeley ont été dépouillées en examinant particulièrement les événements où des particules de Z = 1 et Z = 2 sont émises vers l'avant à des énergies beaucoup plus élevées que l'évaporation. Le spectre de Z = 1 est assez étalé et comprend une proportion notable de deutons et tritons dont le spectre s'étend jusque vers 80 MeV. La dizaine d'interactions sur deux mille où Eα > 55 MeV peut s'expliquer par un schéma d'arrachement où il paraît indispensable de postuler durant le temps de l'interaction le présence d'associations de nucléons.

PACS
2570 - Low and intermediate energy heavy-ion reactions.

Key words
nuclear structure theory -- nuclear reactions and scattering due to nuclei of Z>2