Numéro
J. Phys. Radium
Volume 5, Numéro 10, octobre 1934
Page(s) 523 - 526
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:01934005010052300
J. Phys. Radium 5, 523-526 (1934)
DOI: 10.1051/jphysrad:01934005010052300

Observation du spectre d'émission du ciel nocturne dans l'ultra-violet

J. Dufay

Observatoire de Lyon


Résumé
Etude d'un cliché obtenu avec un spectrographe de quartz, en visant au zénith. Longueurs d'onde de 78 bandes ou raies d'émission dont 45 inférieures à 3 900 Å. Ce spectre diffère de celui des aurores polaires : 1° par la faible intensité des bandes négatives de l'azote, et celle, relativement plus grande, des bandes du second groupe positif; 2° par la présence d'un bien plus grand nombre de raies d'origine incertaine ou inconnue On étend à la région ultraviolette les rapprochements déjà faits dans le spectre visible par Cabannes et l'auteur avec le spectre rouge de l'argon, celui de l'hélium neutre et surtout le spectre, d'origine inconnue, des noyaux cométaires. Le spectre continu à raies de Frauenhofer s'affaiblit beaucoup au-dessous de 3 500 Å, tandis que les bandes et raies d'émission demeurent intenses jusque vers la limite de la transparence atmosphérique. Elles expliquent la grande intensité du rayonnement du ciel nocturne dans l'ultraviolet, signalée autrefois par l'auteur.

PACS
4268 - Atmospheric and ocean optics.

Key words
atmospheric optics