Numéro
J. Phys. Radium
Volume 7, Numéro 10, octobre 1946
Page(s) 293 - 299
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:01946007010029300
J. Phys. Radium 7, 293-299 (1946)
DOI: 10.1051/jphysrad:01946007010029300

Deux procédés nouveaux de photographie infrarouge.I

E. Heintz

Institut de Physique de l'Université de Strasbourg


Résumé
En projetant une image infrarouge sur une mince couche de certains liquides, par exemple d'alcool amylique contenant des particules d'aluminium en suspension ou de pétrole-picéine avec des particules de picéine, le liquide s'échauffe à l'endroit irradié, monte à la surface et forme des tourbillons. Ces tourbillons entraînent les particules en suspension, en déposent un certain nombre au fond de la cuvette qui contient le liquide, et forment ainsi une image nette du corps émetteur. Ces particules apparaissent en noir sur fond clair avec un éclairage approprié. L'image ainsi obtenue peut être photographiée et l'on obtient une photographie infrarouge » du corps émetteur. Les tourbillons de liquide produisent, en outre, une déformation concave de la surface du liquide. Cette déformation a été étudiée qualitativement et quantitativement. A l'aide d'un système optique approprié, on peut se servir de cet effet pour obtenir des images nettes du corps émetteur infrarouge. Ceci constitue le deuxième procédé de « photographie infrarouge ». Les deux procédés sont très sensibles; cette sensibilité égale, sinon dépasse celle d'une bonne pile thermoélectrique.

PACS
0768 - Photography, photographic instruments; xerography.

Key words
infrared imaging -- photography -- radiation detection -- turbulence -- hydrodynamics