Numéro
J. Phys. Radium
Volume 5, Numéro 10, octobre 1934
Page(s) 533 - 534
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:01934005010053300
J. Phys. Radium 5, 533-534 (1934)
DOI: 10.1051/jphysrad:01934005010053300

Sur la complexité du spectre de résonance du sélénium

Stefan Gawronski


Résumé
Etude des spectres de résonance du sélénium excités par les raies de mercure 4 359 et 4047 Å entreprise à cause de leur structure compliquée. On a employé une lampe au mercure de quartz à basse pression de puissance de 6 KVA avec un tube soudé à l'intérieur servant à refroidir le courant lumineux de la lampe. La lampe ainsi construite fournissait les raies très fines du mercure, qui excitaient la fluorescence du sélénium. On constata qu'il n'y a aucune différence dans la structure compliquée des spectres de résonance du sélénium excités par les raies de mercure larges ou étroites. On constata que ni la température de la vapeur du sélénium, ni l'énergie cinétique de ses molécules n'ont d'influence sur la structure compliquée de ces spectres de résonance. On peut donc supposer que l'existence du grand nombre d'isotopes du sélénium peut être l'unique facteur qui influence la structure compliquée du spectre de résonance.

PACS
3250 - Fluorescence, phosphorescence (including quenching).

Key words
spectra -- fluorescence and phosphorescence spectra