Numéro
J. Phys. Radium
Volume 7, Numéro 6, juin 1936
Page(s) 248 - 254
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:0193600706024800
J. Phys. Radium 7, 248-254 (1936)
DOI: 10.1051/jphysrad:0193600706024800

Structure fine des éclairs lumineux produits par la décharge d'un condensateur à travers un tube à gaz

Marcel Laporte et Raymonde Pierrejean

Institut de Physique de Nancy


Résumé
On a étudié par la méthode du miroir tournant les éclairs lumineux produits par la décharge d'un condensateur à travers un tube à gaz (argon-mercure, à froid ou à chaud; néon) avec ou sans éclateur en série. L'analyse des éclairs a pu être poussée jusqu'à 10-7 seconde. 1° Tubes argon (p = 4 mm), vapeur de mercure. La structure des éclairs avec éclateur en série, est analogue à froid oa à chaud : ces éclairs se composent d'un éclair primaire, présentant une ou plusieurs raies de structure fine, suivi d'éclairs secondaires et d'une traînée. Ces éclairs secondaires ne semblent pas devoir s'interpréter comme résultant d'oscillations, mais plutôt comme des fluctuations d'intensité. La suppression de l'éclateur en série modifie complètement la structure des éclairs, qui, relativement simple, à froid, devient à chaud, extrêmement complexe. 2° Tubes Néon. En l'absence d'éclateur et avec des capacités variant de 17 à 48 mf, chaque décharge donne lieu à un seul éclair, sans structure fine, dont la durée est une fonction linéaire croissante de la capacité. En présence d'un éclateur, la décharge qui donne lieu à un seul éclair sans structure fine pour les grandes capacités, devient oscillante pour des capacités plus faibles ; la période d'oscillation varie dans le même sens que la self et la capacité. En aucun cas, dans le néon, on n'a mis en évidence les éclairs très brefs de structure fine observés dans le cas de l'argon-mercure.

PACS
5280 - Electric discharges.

Key words
spectra -- conduction (electric) and discharge in gases -- spectroscopy