Numéro
J. Phys. Radium
Volume 7, Numéro 4, avril 1936
Page(s) 153 - 157
DOI https://doi.org/10.1051/jphysrad:0193600704015300
J. Phys. Radium 7, 153-157 (1936)
DOI: 10.1051/jphysrad:0193600704015300

La chaleur spécifique des liquides et leur constitution

Léon Brillouin

Collège de France


Résumé
Dans un solide isotrope, on a, pour chaque longueur d'onde, deux ondes transversales et une onde longitudinale. Considérons un liquide comme le cas limite d'un solide sans rigidité (λ ≠ 0 ; μ. = 0); les deux ondes transversales deviennent un système de mouvements tourbillonaires libres; les ondes longitudinales subsistent seules. Pour un liquide monoatomique de N atomes, on a ainsi 2 N mouvements libres d'énergie moyenne ½ kT, cinétique pure) et N mouvements de vibrations longitudinales, d'énergie moyenne kT; cela donne une énergie totale 2 Nk T et une chaleur spécifique à volume constant 2R, intermédiaire entre celle des solides (3 R) et des gaz (3/2 R). Les liquides monoatomiques réels montrent une chaleur spécifique voisine de 3 R, auprès du point de fusion et descendant à 2R, au point critique. On doit donc admettre une sorte de microstructure cristalline à basse température, l'état liquide idéal ne se réalisant qu'auprès du point critique. Ce fait vient à l'appui d'un point de vue souvent rappelé dans les travaux récents sur les liquides.

PACS
6520 - Thermal properties of liquids: heat capacity, thermal expansion, etc..

Key words
thermodynamics -- density -- kinetic theory -- liquid theory -- liquid crystals -- specific heat